Comprendre la candidose chronique

Pourquoi est-ce que je vous parle de candidose aujourd’hui ? Et bien, j’ai moi-même souffert de cette affection pendant de très longues années sans comprendre ce qui m’arrivait. J’ai tenté de m’en débarrasser de bien des façons, sans succès. Mais ça, c’était avant ! Avant mes études de naturopathie, et surtout avant de rencontrer Cécile Ellert, spécialiste de la candidose outre-atlantique. Ce sujet me tient donc vraiment à cœur, et je souhaite vraiment aujourd’hui transmettre les connaissances que j’ai pu accumuler sur ce sujet.


La candidose, qu’est-ce que c’est ?

La candidose chronique est une affection fongique, c’est à dire une infection due à la multiplication excessive d’une levure appelée Candida albicans. Le développement de cette levure s’effectue de manière insidieuse, principalement à cause de notre mode de vie moderne. En effet cette affection est apparue au cours des 50 dernières années en même temps que l’industrialisation de notre alimentation et de notre santé. Elle touche de nos jours des millions de personnes dans le monde. Si elle n’est pas prise en charge, la candidose peut s’étendre hors du tube digestif et venir perturber la santé progressivement et de manière plus ou moins grave.

Qu’est-ce que le Candida ?
Quand on parle de candidose, on parle presque toujours du Candida albicans, car c’est l’espèce la plus courante de Candida, mais il faut savoir qu’on a référencé environ 200 espèces de candida, dont une vingtaine pouvant être impliquées dans des pathologies humaines.


Une pathologie moderne

D’après des études réalisées dans le monde entier, la candidose toucherait entre 70 et 80% de la population mondiale. L’institut Pasteur répertorie quant à lui 350 à 400 nouveaux cas par an en région parisienne depuis 2002.

Depuis une vingtaine d’années, on a ainsi pu observer une augmentation significative des infections fongiques par le Candida. Ces statistiques alarmantes sont liées à différents facteurs découlant de notre société contemporaine :

  • L’alimentation industrielle trop riche en sucres, graisses saturées, additifs variés (conservateurs, colorants) et plus généralement en produits raffinés
  • L’utilisation abusive de pesticides, d’herbicides, d’antibiotiques et d’hormones dans l’agriculture intensive
  • L’usage fréquent et souvent inadapté des antibiotiques
  • L’utilisation excessive des médicaments en général (tranquillisants, anti-dépresseurs, somnifères, anti-acides, pilule contraceptive, etc…)
  • Les taux de plus en plus concentrés de métaux lourds tels que le mercure ou le cadmium dans l’air, dans l’eau (et donc dans les poissons, surtout les gros comme le thon ou le saumon), sans oublier les amalgames dentaires.

Symptômes de la candidose

Si les symptômes de la candidose sont classés en quatre groupes (problèmes digestifs, immunitaires, neurologiques/psychologiques et énergétiques), ils sont en réalité très variés et peuvent toucher presque tous les systèmes :


  • Problèmes digestifs : mauvaise digestion, brûlures d’estomac, maux de ventre, colites intestinales, gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhées et constipation alternées
  • Problèmes buccaux : aphtes, bouche sèche, mauvaise haleine, muguet
  • Hémorroïdes
  • Allergies (cutanées, respiratoires ou intolérances alimentaires)
  • Faiblesse immunitaire
  • Problèmes de peau : eczéma, urticaire, séborrhée, psoriasis, acné, mycoses aux ongles et aux pieds, démangeaisons
  • Problèmes gynécologiques : mycoses vaginales à répétition (avec pertes et démangeaisons), kystes, endométriose, cystite et infections rénales
  • Problèmes endocriniens : troubles du cycle, déséquilibre thyroïdien
  • Problèmes respiratoires : asthme, bronchites, sinusites, otites, angines à répétition
  • Douleurs articulaires et musculaires
  • Maux de tête, migraines
  • Troubles du comportement alimentaire : boulimie, compulsions, envies de sucre (chocolat, gâteaux…), de graisses saturées (charcuterie, fromages…) et parfois de boissons alcoolisées
  • Prise de poids
  • Troubles du comportement : dépression, anxiété, découragement
  • Troubles du sommeil (difficultés d’endormissement), de la concentration (mémoire et volonté en baisse) et de l’humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction)
  • Fatigue chronique progressive et inexpliquée avec sommeil de mauvaise qualité et insuffisamment réparateur
  • Il existe également un lien entre candidose et cancer. Je vous renvoie pour ce point à l’article de Cécile Ellert, ici.

Bien sûr on souffre rarement de tout cela en même temps, mais quand on y regarde bien, énormément de personnes peuvent cocher un bon nombre de points de cette liste.


Le candida, une levure à deux visages

Une levure naturellement présente dans notre flore intestinale

La candidose est attribuée à un champignon de type levure, dont le plus commun est le Candida albicans. Cette levure vit naturellement dans le tube digestif et la muqueuse vaginale, en se nourrissant des matières organiques en décomposition. Elle est sans danger tant que l’équilibre bactérien qui contrôle sa multiplication n’est pas endommagé. Son développement est d’ailleurs inhibé par les lactobactéries de la flore de fermentation.

Dans ces conditions ordinaires, le Candida n’est donc pas du tout notre ennemi ! Il vit en harmonie avec le reste de notre flore intestinale sur les muqueuses de notre système digestif (bouche, œsophage, estomac, intestins). Le candida sous cette forme normale ne provoque aucun trouble, car il se trouve en très faible quantité et il fait partie de la flore normale de l’intestin. C’est sa prolifération et son évolution qui le rendent nocif. Dans cet état de symbiose, les Candida sont des agents nettoyeurs des débris mal digérés de l’alimentation et ils se trouvent uniquement dans le système digestif et le vagin. On ne trouve jamais cette forme de Candida sur la peau.

En quantité normale, la forme levure du Candida vit ainsi naturellement en symbiose avec notre flore intestinale et vaginale.

Le Candida, de part sa composition chimique, est l’équivalent d’un petit morceau de sucre vivant ! Il est en effet formé de polysaccharides (sucres) et de glycoprotéines (protéines et sucres) qui déterminent l’adhésivité du Candida à la paroi intestinale.


Une forme agressive et envahissante

En revanche, sous certaines conditions le Candida peut passer de la forme levure à une forme filamenteuse agressive (on dit qu’elle filamente). C’est cette forme mycélienne (moisissure) qui est la forme parasite pathogène.

Cette évolution vers la candidose s’effectue en deux étapes :

  • Tout d’abord le Candida sous cette forme mycélienne pathogène va se multiplier de manière excessive et envahir tout l’appareil digestif (bouche, intestin, anus) sous forme de filaments. A ce stade, le Candida se développe aux dépens des bifidobactéries qu’il détruit. Le Candida est de plus capable de traverser la muqueuse digestive et de passer dans les circulations sanguine et lymphatique : C’est la colonisation.
  • Il va ainsi se disséminer dans tout l’organisme (bronches, peau, vagin, etc…) et y provoquer différentes formes de mycoses. C’est la candidose proprement dite.

Sous sa forme inoffensive, le Candida est présent sous forme de levure mais sous certaines conditions il se transforme en champignon pathogène. Il se présente alors sous forme de filaments qui vont coloniser l’organisme et créer la candidose.


Conditions du développement de la candidose

Cette prolifération de levures est rendue possible par l’altération du milieu interne, c’est à dire de notre terrain, ce qui entraine à la fois un encrassement de nos humeurs et une déficience de notre flore intestinale et donc de notre système immunitaire.

Le développement de cette forme agressive se fait à partir du sucre qu’elle transforme en alcool puis en aldéhyde qui est un composé neurotoxique. Les formes de Candida impliquées dans la pathologie humaine sécrètent d’ailleurs 35 mycotoxines différentes dont la principale est la candidine qui est neurotoxique.

Voici les différents facteurs qui favorisent le développement de la candidose :

  • Les aliments oxydants : sucre blanc, pain blanc à la levure, pâtisseries industrielles, fritures, fromage gras, viandes grasses, huiles raffinées, levures et champignons – Je vous ai déjà parlé des méfaits du sucre ici.
  • Les boissons oxydantes : Toutes les boissons sucrées (sodas, jus de fruits concentrés et sucrées) et les boissons alcoolisées
  • Les médicaments oxydants : les antibiotiques dont beaucoup font une consommation excessive, mais aussi corticoïdes, pilule, chimiothérapie et la plupart des vaccins !
  • Le stress (physique, énergétique, émotionnel et affectif)
  • Les pollutions (électromagnétiques, chimiques, électriques…) ont une répercussion oxydante par création de radicaux libres
  • Et aussi : l’empoisonnement due aux amalgames de mercure dentaire, l’empoisonnement chimique au foyer (produits ménagers), au bureau (les célèbres VOC – Volatils Organiques Composés) et la surexposition aux champs électriques et électromagnétiques (lignes électriques de haute tension, fours micro ondes, téléphones portables, etc…)

En bref, la candidose en quelques mots

La candidose est donc une affection fongique due à un champignon microscopique : le Candida. Celui-ci existe sous deux formes :
Une forme inoffensive, la levure, qui fait partie de notre flore intestinale et vaginale et qui vit en symbiose dans notre organisme
Et une forme agressive, le champignon, qui sous l’effet d’une alimentation notamment riche en sucres, de médicaments comme les antibiotiques, va se multiplier jusqu’à coloniser tout l’organisme.


Alors comment faire si vous vous reconnaissez dans les symptômes de la candidose chronique et que vous voudriez vous en débarrasser ? Et bien, il va falloir l’attaquer sous différents angles dont bien entendu l’alimentation. Je vous explique tout cela dans mon prochain article.


Auteur : Emmanuelle Grenon

Révélez votre santé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s